V comme vautour fauve

Il y a des moments où l’on repère, sur le ciel des Pyrénées occidentales, un vautour fauve. Son vol majestueux attire tout de suite l’attention. On dit que ce rapace charognard est le roi des sommets, mais il est aussi l’oiseau emblématique du Pays Basque. L’été, tout comme le printemps, est la saison idéale pour l’observer. C’est en effet à ces saisons-là que l’oiseau se reproduit.

Le vautour fauve, un animal typique des montagnes pyrénéennes, à protéger

Il n’y a pas longtemps, c’était le 6 avril 2019, l’association départementale pour la sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia qui siège à Ustaritz a organisé un banquet des vautours à Bussunarits-Sarrasquette en collaboration avec le Centre permanent d’initiatives pour l’environnement (CPIE) et le Département du Pays basque. Le vautour fauve a été à l’honneur. Le thème de l’événement était axé sur le lien entre les vautours et le pastoralisme. De telles circonstances constituent une opportunité, si le climat le permet, d’assister au lâcher du vautour fauve. C’est un geste éloquent qui reflète la préservation de cet oiseau nécrophage typique des montagnes pyrénéennes. On déguste en même temps quelques plats typiques du pays à l’occasion d’un buffet. On participe à des ateliers récréatifs tout en observant les vautours. Tout cela pour démontrer que le vautour, plus particulièrement le vautour fauve, est important aux yeux des habitants des Pyrénées. Allez donc aux Pyrénées atlantiques et aux Hautes-Pyrénées pour avoir plus de chance de les voir.

Le lieu de vie des vautours fauves

Ces rapaces de grande taille allant de 95 à 105 cm qui pèsent entre 8 et 11 kg aiment élire domicile dans les escarpements rocheux. Ils se nichent dans les parties basses des montagnes, à côté des grandes vallées, des plaines, des hauts plateaux et des causses. On reconnaît le refuge de ces oiseaux grégaires par ses corniches façonnées sur la paroi des rochers. En dessous, il y a des cavités qu’ils construisent pour se protéger des prédateurs. L’accès est dégagé. C’est pour le décollage et l’atterrissage de ces oiseaux planeurs. Quant à leur nid, ils l’installent sur les falaises, privilégiant les milieux calcaires. Comme ils nichent en colonies d’environ 15 à 20 couples (à noter que les vautours fauves sont monogames), la distance la plus réduite entre deux nids peut être inférieure à 2 m.

La reproduction des vautours fauves

Un couple de vautours fauves serait uni jusqu’à ce que l’un des deux disparaisse. Ceux-ci effectuent des vols nuptiaux près de leur site de reproduction et à proximité de leur dortoir. Il s’agit de vols synchronisés, en tandem, suivant la paroi de leur rocher. L’un vole au-dessus de l’autre. L’accouplement, la nidification et la construction de l’aire à l’aide de plumes et de branchages commencent en général en novembre. La saison de la ponte se situe entre la fin de l’année et le début du mois de mars. Le vautour fauve ne pond qu’un œuf. Les plus heureux en sortent deux, mais c’est rare. La durée d’incubation est entre 53 et 54 jours. Quand le poussin sort de son œuf, il demeure dans son aire pendant 120 jours environ. Ce sont les deux parents qui l’élèvent avant de prendre l’envol, mais même s’il s’envole, ses parents le nourrissent encore pendant un ou deux mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *