Q comme Quête d’identité Basque

Les Basques sont les principaux occupants de la région de Pyrénées-Atlantiques et la zone qu’ils occupent est informellement appelée le Pays Basque. Physiquement, les Basques ne sont pas très différents des peuples d’Europe occidentale. Toutefois, ils ne parlent pas une langue indo-européenne.

L’économie Basque

La terre Basque est riche en minerai de fer, ce qui a rapidement favorisé le développement économique de la région bien qu’il soit réputé pour la culture et l’élevage de moutons. Le ménage dont les bâtiments, la ferme et la famille occupent aussi un rôle prépondérant dans l’économie Basque, d’ailleurs, il existait autrefois une loi traditionnelle d’héritage qui assurait la descendance de la propriété intacte à un seul héritier ou héritière. La ferme individuelle, appelée caserío était donc au milieu de la culture basque, dont l’isolement s’est traduit par un fort sentiment de parenté familiale chez ses occupants.

En plus d’être fermiers et constructeurs navals grâce au minerai de fer, les basques étaient des marins. Ils jouaient aussi un rôle important dans la colonisation du Nouveau Monde.

La culture Basque

Bien qu’ils aient une forte allégeance au catholicisme romain en étant parmi les catholiques Espagnols les plus observateurs, l’animisme demeure une tradition prédominante.

Au fil des siècles, les traditions basques changent à cause du développement urbain et industriel prononcé de la région. Puis, l’émigration vers la France et les Amériques ont petit à petit réduit la population vivant dans les caseríos. Les coutumes et la langue basques ont commencé par disparaître notamment dans les villes industrielles. Seule une petite communauté parle la langue, elle se trouve dans les régions montagneuses, assez écartés du pays. A la fin du XXe siècle, presque tous les Basques parlent français ou espagnol.

On ne connait pas exactement l’histoire primitive des Basques qui jusqu’à ce jour demeure un sujet de spéculation. Toutefois, les auteurs Romains rapportent que la tribu de Vascones vécut dans un endroit semblable à la province de Navarre. Apparemment, ils ont résisté aux Wisigoths, aux Normands, aux Francs et aux Maures qui se sont installés dans la vallée de l’Ebre. La chanson de Roland raconte que les Maures coupèrent l’arrière-garde de l’armée de Charlemagne à la bataille de Roncevaux en 778, ce qui est tout à fait erroné, car en réalité, ce sont les Basques.

L’autonomie des Basques

Au Xe siècle, la Navarre incorpore les territoires Basques dans son royaume. A la fin des troubles politiques du Moyen âge, les provinces d’Alava, de Biscaye et Guipuzcoa s’intègrent à leur tour dans la Castille et Aragon. Bien qu’il y ait une fusion, les Basques ont toujours conservé leur autonomie économique que ce soit en France ou en Espagne.

Les Basques ont montré un attachement farouche à leur autonomie, ce qui les a amenés à soutenir la cause de Don Carlos en 1830, car l’Espagne voulait supprimer leurs privilèges locaux. Malheureusement, cette lutte infructueuse a poussé le gouvernement à abolir les fueros même si les Basques ont réussi à garder un certain niveau d’autonomie locale.

L’avènement de la République espagnole en 1931 a divisé les aspirations politiques des Basques : La Guipúzcoa, la Biscaye et, dans une certaine mesure, la province d’Álava étaient prêtes à œuvrer pour un statut d’autonomie relative au sein de la république et, pour cette raison, elles lui sont restées fidèles malgré sa politique anti-catholique. La Navarre, quant à elle, était désireuse de voir la république renversée et a fourni l’un des points forts de la rébellion nationaliste de 1936 et certaines de ses meilleures troupes carlistes. La ville de Bilbao, qui avait toujours été un bastion du libéralisme contre les Carlistes, devint à la fois le centre du gouvernement républicain et du nationalisme basque. Les combats durèrent jusqu’en septembre 1937 et en dehors de l’Espagne, on se souvient surtout du bombardement, supposé par des avions allemands, de Guernica, lieu de rassemblement traditionnel de la province de Vizcaya et symbole de la nation basque aux yeux nationalistes. Après la guerre, de nombreux Basques s’exilèrent car le gouvernement de Francisco Franco abolit les privilèges spéciaux des Basques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *